SONAGESS: les boutiques témoins passent de 138 à 250

27 janvier 2019 | Actualités

La Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGES) a annoncé mardi au cours d’une conférence de presse que le nombre de boutiques témoins va passer de 138 à 250 pour cette année 2018.

«Pour l’année 2018, nous comptons accroître le nombre de boutiques témoins de 138 à 250», a déclaré le directeur commercial de la SONAGESS, Aboulaye Sawadogo, qui a rappelé au passage que le nom «Boutiques témoins» va changer pour devenir «Points de vente de céréales aux personnes vulnérables» (PVCPV)».

Instituées en 2013, les boutiques témoins désormais «Points de vente de céréales aux personnes vulnérables», se veulent une réponse du gouvernement au déficit céréalier qui affecte les populations vulnérables. Pour l’année en cours, le gouvernement a annoncé un apport de plus de 25 milliards de francs CFA pour l’acquisition et la vente de plus de 95 000 tonnes de céréales.

Au cours d’un atelier tenu les 16 et 17 février derniers sur le bilan et les perspectives des boutiques témoins, il est ressorti que plus de 247 mille tonnes de céréales ont été vendues à prix social entre 2013 et 2017. Aussi, en plus d’avoir contribué à la stabilisation des prix des céréales, les boutiques témoins ont également contribué à réduire le taux de chômage par la création d’emplois au profit de plus de 1 800 jeunes et femmes.

Il faut noter que de par le passé, certains commerçants profitaient des populations vulnérables pour acquérir ces céréales. C’est conscient de cette supercherie que la SONAGESS a décidé, au cours de son atelier, d’impliquer les élus locaux pour une meilleure supervision et une veille citoyenne, indispensables à la bonne gestion des points de vente. «Les élus locaux ont pris l’engagement d’accompagner la SONAGESS dans le succès de l’opération. Désormais, avant chaque livraison, nous allons faire en sorte que les maires soient avisés et prennent les dispositions idoines», a rassuré le directeur général de la SONAGESS, Aimé Roger Kaboret.

Aussi, la SONAGESS a expérimenté cette année selon Aimé Roger Kaboret d’autres formules à savoir les ventes sur camion qui sont une innovation pour faire taire les spéculations. Il s’agit pour lui, d’amener les céréales sur place en prenant le soin d’informer le maire à l’avance. «Nous rentrons en contact avec les maires des localités concernées qui informent toute la population concernée du jour de cette vente qui est faite à l’air libre», a-t-il expliqué. Et le directeur commercial de renchérir: «Un commerçant ne peut pas s’infiltrer vu que ce sont les personnes de la même localité et elles se connaissent toutes».

Par ailleurs, il faut ajouter que lors de cet atelier, il a été recommandé à la SONAGESS d’effectuer annuellement un état des lieux des points de vente avec l’ensemble des acteurs, d’élaborer des textes encadrant la gestion des boutiques témoins et de prévoir un appui financier aux communes dans le cadre de la supervision des opérations de vente.

Prix des céréales

Selon le directeur commercial de la SONAGESS, le petit mil, le maïs et le sorgho en sac de 50 kilogrammes sont à 6 000 F CFA, un prix subventionné. Les sacs de 100 kg à 12 000 francs et le riz local de 25 kg à 7 500 F CFA.

Madina Belemviré
Source : http://lesechosdufaso.net